No icon

Koudougou Doc 2019

La vitrine du film documentaire se consolide

La cité du cavalier rouge vibre au rythme de la 6ème édition de Koudougou Doc depuis ce mardi 23 avril. Le festival se tient sous le thème « Résistance, résister pour créer et créer pour résister ». L’objectif majeur de ce festival est de faire connaitre et aimer davantage les films documentaires. Son ambition est de positionner Koudougou comme la capitale du film documentaire.

Un pari à tenir cette année encore, en dépit des financements de plus en plus rares.

En présence des autorités coutumière et administrative, notamment le Naaba Baago et le maire de la commune de Koudougou, le top départ de l’acte 6 du festival du film documentaire a été donné aux alentours de 20h ce 23 avril. Une preuve d’adhésion au plus haut niveau à cet évènement cinématographique, initié par M. Michel Zongo, également directeur artistique, dont le credo est de mettre en lumière le documentaire en général et celui africain en particulier. Mais l’enjeu majeur demeure. Populariser davantage les films documentaires car « le documentaire est mal connu et aimé. » comme le dit M. Zongo.

Cette année donc, le festival continue sur sa lancée qui est faire de Koudougou le point de ralliement des adeptes du cinéma documentaire. Pour ce faire l’équipe de Koudougou Doc a redoublé d’effort. D’abord, elle a mené une rude bataille, comme depuis la création du festival, pour la mobilisation des fonds. Une tâche difficile au regard de la raréfaction des financements des activités culturelles, surtout si elles sont « marginales » à l’image du documentaire, selon les confidences du promoteur du festival. Ensuite, elle a travaillé ardemment sur les sélections des films en adaptant chaque documentaire sélectionné aux publics.

L'espace de projection plein air du secteur 2 (Ex-Permanence)

Le but étant de faire en sorte que les cinéphiles s’y identifient. « La preuve en est que durant la projection du film documentaire marocain de Caroline Reucker intitulé, ‘‘Le ciel, la terre et l’homme’’ de ce soir, le public a été captivé malgré le sous titrage » précise M. Zongo. « Nous travaillons à ce que le public soit plus attentif et c’est une innovation. » Ajoute-t-il. Pour cette raison, Koudougou Doc se rapproche des populations. Pour la présente édition, la projection se fait sur cinq sites au lieu de deux pour les années précédentes. Ces sites sont la place du marché de Nayalgué, la place du marché de Kassou, le Quartier Général, la cité Universitaire Faso Tex, le Secteur 7. L’innovation étant la sève de ce festival, les deux meilleurs documentaires primés lors du FESPACO sont dans la sélection. Il s’agit des films ‘‘ Le loup d’or de Balolé ’’ de Aicha Boro sacré Etalon de Yennega et ‘‘ Contre toute attente’’ de Chartity Nampaso primé Poulain d’or. De plus, le thème de l’édition, « Résistance, résister pour créer et créer pour résister », est en concordance avec les films sélectionnés.

Enfin, dans le souci d’intéresser les jeunes au film documentaire, Koudougou Doc, en partenariat avec l’Association Vie des Jeunes, organise un débat oratoire dénommé « Clash doc » pour les étudiants à l’issue de la projection d’un film. Les tout-petits ne sont pas en reste. Des courts métrages d’animation seront projetés grâce à un partenariat avec la structure Caméra de la Belgique.

Par ailleurs, un atelier d’initiation aux métiers du cinéma est prévu, également. Koudougou Doc 2019, ce sont quinze documentaires dont douze longs métrages et trois courts métrages et des films d’animation venus de Madagascar, du Niger, du Burkina Faso, de la France, de L’Allemagne, de l’Algérie. Quelques réalisateurs sont présents pour animer des masters class, et échanger avec le public après les projections de films.

 

Laetitia BAYALA

 

 

 

 

 

Comment As:

Comment (0)